Tribune

Très satisfaite d’avoir réduit le recours à l’emprunt en sacrifiant le foncier de la commune (ce qui est reproché par l’UMP au candidat socialiste qui l’a programmé pour la construction de logements sociaux), la municipalité a décidé de reprendre ses dépenses de prestige : vœux du maire à destination des « VIP » et du « noyau électoral », jumping généreusement subventionné par la commune…

Pourtant, la crise n’est pas terminée : plus de 100 000 foyers jusqu’alors dispensés d’impôt sur le revenu en paieront en 2012.